Vendredi ou Les Limbes du Pacifique, Michel Tournier.

Publié le 14 Décembre 2009

Fiche d'Apolline, TS3

  

Tournier.jpgMichel Tournier est un écrivain français né à Paris en 1924.

Il suit des cours de philosophie à la Sorbonne et à l’université de Tübingen. Après son échec à l'agrégation de philosophie en 1950, il devient journaliste à la radiodiffusion française puis à Europe 1. Il s’intéresse particulièrement à la littérature. Son premier roman Vendredi ou Les Limbes du Pacifique reçoit le grand prix du roman de l’académie français en 1767. Il est lauréat du Prix Goncourt en 1970 avec Le Roi des aulnes et devient membre de l’Académie Goncourt en 1972. Il écrit aussi des essais, des contes comme Pierrot ou les Secrets de la nuits, le vol du vampire… Ses nombreux voyages nourrissent son inspiration et fournissent le cadre de récits tels que, par exemple, Les Météores ou encore Eléazar ou la Source et le Buisson. On le surnomme le « contrebandier de la philosophie » en raison de la portée philosophique de ses écrits.




Pr                    Principaux

   thèmes du livre

        

     Problèmes posés par l'auteur


Concepts utilisés pour apporter des réponses



aux problèmes posés

la solitude

L'homme peut-il vivre sans autrui ? Si oui,

l'espace

le rapport à autrui

Comment ?

le monde

la civilisation

Que se passe-t-il si l'homme vit seul sur une île ? 

le temps

l'espace

Comment se comporte-t-il ? Change-t-il d'attitude ?

la pensée

le temps

Quelle place occupe autrui ?

les sentiments

le passé

Est-il indispensable ou nécessaire à notre

les émotions

le souvenir

épanouissement ? De quoi me délivre-t-il ?

les sensations

la sexualité

Peut-on vivre sans les autres ?

la perception par les sens

la religion

La solitude nous permet-elle d'apprendre à se

la nature

la mort

découvrir ?

la loi

l'enfant

Quelles sont nos limites dans cet environnement ?

le pouvoir

le travail

Peut-on survivre ?



Après avoir vécu seul pendant une longue période,



peut-on se réadapter à la vie en société ?





Voici ci-dessous, l’un des passages que j’ai préféré lors de ma lecture : 

« Log-book- Cette espèce d’ahurissement dans lequel nous nous réveillons chaque matin. Rien ne confirme mieux que le sommeil est une expérience authentique et comme la répétition générale de la mort. De tout ce qui peut arriver au dormeur, l’éveil est certainement ce à quoi il s’attend le moins, ce à quoi il est le moins préparé. Aucun cauchemar ne le choque comme ce brusque passage à la lumière, à une autre lumière. Nul doute que pour tout dormeur, son sommeil est définitif. L’âme quitte son corps à tire-d’aile, sans se retourner, sans esprit de retour. Elle a tout oublié, tout rejeté au néant, quand soudain une force brutale l’oblige à revenir en arrière, à réendosser sa vielle enveloppe corporelle, ses habitudes, son habitus.

Ainsi donc tout à l’heure, je vais m’allonger et me laisser glisser dans les ténèbres dans les ténèbres pour toujours. Etrange aliénation. Le dormeur est un aliéné qui se croit mort. » (p127-128)


Ce passage me plaît car je le trouve réaliste et très bien écrit. Il est poétique et rythmé. J’aime en particulier les deux dernières phrases : « Etrange aliénation. Le dormeur est un aliéné qui se croit mort ». Derrière cet extrait, je me retrouve. Je trouve qu’il est facile de s’imaginer la situation car nous sommes tous concernés par le sommeil et le réveil qui parfois nous dérange, nous surprend.. Ce passage m’apaise et pourrait me bercer avant de dormir.  


Ce que m’a apporté cette lecture, les difficultés, les différentes remarques :

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Ce livre est humain et défend de belles valeurs comme le respect de l’homme ; la non exploitation de celui-ci, la diversité, l’acceptation des différences, des cultures… Je pense que l’auteur a voulu nous faire passer un message ambitieux qui consiste à défendre des valeurs fondamentales. Il aborde des sujets, thèmes concrets qui nous concernent tous comme le travail, la sexualité, la solitude. Il nous montre aussi que nous sommes des êtres insatisfaits, que l’on désire toujours plus. Je me suis donc sentie impliquée lors de ma lecture.

Les passages de journal de bord écrit par Robinson « Log-book » m’ont particulièrement plu. Les réflexions auxquelles il se confronte sont intéressantes. Elles m’ont ainsi permis de réfléchir sur moi-même ; mes relations, mes attitudes avec autrui, mon existence, mon rapport au monde. Je trouve que ces pensées philosophiques qui nous accompagnent tout au long du récit rythment le livre et permettent de comprendre les relations que Robinson entretient avec l’île. On peut observer les sentiments, émotions, questionnements causés par la solitude, par l’absence de société. Ainsi, ce roman m’a permis de prendre une certaine distance avec la société et d’observer la relation que j’entretiens avec elle. Je pense que les réflexions sont plutôt accessibles même si elles ont été plus ou moins compréhensibles pour moi. Une relecture serait utile pour mieux comprendre certains passages et analyser ce que l’auteur a voulu faire passer comme message. 

De plus, j’ai bien aimé le titre du livre que l’on comprend au fil de la lecture tout comme la fin du livre que je trouve touchante.

Publié dans #Notes de lecture

Commenter cet article