Sommes-nous libres ou déterminés? Une discussion entre Descartes et Spinoza

Publié le 16 Janvier 2013

Les élèves de terminale L ont mis en scène une controverse entre Descartes et Spinoza à propos de la liberté.

 

L'un, Descartes soutenant que nous sommes libres car nous faisons l'expérience de notre libre arbitre, c'est-à-dire de notre capacité de choisir et de décider d'une chose sans y être contraint par aucune cause extérieure. (sur le libre arbitre : une autre vidéo)

 

L'autre, Spinoza affirmant au contraire que cette sentiment de liberté est illusoire et trompeur. Ce n'est pas parce que nous avons l'impression de nous décider de façon autonome que nous sommes libres pour autant. Nous serions comme une pierre qui croit se mouvoir librement mais qui est en réalité déterminée par une cause extérieure dont elle n'a pas conscience. Lire le texte de Spinoza

 

(attention à ne pas commettre de contresens sur le mot déterminé, ici ce mot ne fait pas référence à la volonté que nous mettons pour accomplir quelque chose mais au fait qu'il existe une cause extérieure à nous qui nous pousse, nous "détermine", à agir)

Mais si Spinoza dit vrai sommes-nous responsables de ce que nous faisons? Pouvons-nous assumer nos actes?

 


 

 

 


Rédigé par Laulevant

Publié dans #Vidéos

Commenter cet article

fab 26/08/2016 20:38

spinoza explique bien dans l'ethique et cela est souligné par gilles deleuze dans son tout dernier livre que nous prenons bien nos decisions la decision n'est strictement pas determinée, en revanche il y a une subtile nuance, les decisions sont jaugées par la puissance des affections et c'est toujours l'affect le plus puissant qui l'emporte, ainsi nous choisions toujours l'affect qui est pour nous le plus puissant.
Les derniers recherches en neuroscience valide spinoza, DAMASIO a meme ecrit un livre dont le titre est extrémement clair : SPINOZA AVAIT RAISON.
nous somems determinés c'est indiscutable aujourd'hui mais nous choisissons librement l'affect qui est le plus puissant c'est ça la libre necessité de spinoza