Situation préoccupante au lycée

Publié le 8 Février 2011

 

Chers élèves,

Avant hier Nolwenn écrivait un article sur l'indignation. Eh, bien je crois que dans le logoecoleendangera4.jpgdomaine de l'éducation, il y a de quoi s'indigner!

L'éducation ne devrait-elle pas être une des préoccupations fondamentales de la société?

Certes, comme je l'écrivais dans un commentaire de l'article de Nolwenn, il y a beaucoup à redire dans le système tel qu'il existe (esprit de compétition au lieu de coopération, les élèves souvent infantilisés au lieu d'être mis en condition d'être autonomes, la démocratie n'est souvent qu'un vain mot théorique, les jeunes n'apprennent pas à la pratiquer, souvent aussi ces derniers ne parviennent pas à s'approprier le sens de ce qu'ils apprennent).

Depuis que j'ai découvert la pédagogie Freinet (pratiquée essentiellement dans le primaire) qui offre des réponses à ces questions d'émancipation et de rapport au savoir, je n'ai de cesse d'essayer de m'en inspirer dans mon travail en classe et aussi de la faire connaître au lycée (à mes collègues, à l'administration, aux lycéens)

Cela dit, la situation au lycée se dégrade de façon inquiétante et bientôt les élèves risquent de se trouver dans des conditions encore plus difficiles qu'elles ne le sont déjà.

N'est-ce pas le moment de réagir? De proposer aussi de nouvelles façons d'apprendre, de travailler, d'être ensemble?

Voici donc quelques informations sur ce qui nous attend et sur ce qui attend des milliers d'établissements scolaires.

 

Suite aux éléments communiqués par le Rectorat pour la préparation de la rentrée 2011, nous constatons que :

  • Des postes d’enseignants seront supprimés alors que les effectifs augmenteront : au moins 59 élèves en plus à la rentrée.

  • Par ailleurs, il manquera 49 heures pour assurer tous les enseignements.

  • Dans des classes déjà surchargées à 35 élèves, il ne sera plus possible de travailler en demi-groupes : langues, sciences économiques et sociales, mathématiques … Dans ces conditions, la réinscription des redoublants de Terminale sera compromise.

  • La précarisation et l’affectation sur plusieurs établissements d’un nombre croissant de collègues rendent tout investissement et tout travail d’équipe impossibles.

  • Les moyens pour la maintenance et la gestion du parc informatique seront drastiquement réduits.

  • En Seconde, la réforme a été appliquée comme elle a été conçue : dans la précipitation et l’improvisation.

La situation se reproduit en Première :

  • Les élèves de la filière ES n’auront plus de choix : ils perdent entre autres les langues renforcées, la spécialité sciences politiques.

  • Diminution d’heures en filière S : perte d’une heure en mathématiques, d’une heure en Sciences de la Vie et de la Terre et d’une heure trente en Sciences Physiques.

  • Les choix proposés en L sont illusoires : la priorité sera donnée au nombre d’inscrits et non au choix des élèves pour l’ouverture des options.

  • Les sections européennes seront menacées malgré l’ouverture qu’elles apportent aux élèves dans leur formation.

  • Nous devons appliquer de nouveaux programmes alors que nous ne connaissons toujours pas les modalités du Baccalauréat.

L’équipe enseignante mobilisée

Rédigé par Laurence Bouchet

Publié dans #Evènement au lycée

Commenter cet article