Peut-on tout dire dans notre démocratie?

Publié le 25 Décembre 2010

 

Un texte libre d'Amir Rasidovic, élève de TL2.

Des idées engagées! N'hésitez pas à les commenter!

 

La démocratie est apparue pendant l'Antiquité Grecque. Comme l'explique Jean-Pierre Vernant dans les Origines de la pensée grecque, elle est née des débats entre les hommes qui s'efforçaient de réfléchir et d'agir en vue du bien commun ce qui a aidé à construire la raison. Cette forme de pensée rationnelle s'est ensuite appliquée à d'autres domaines et fut à l'origine du développement des sciences. Aujourd'hui, dans les pays Occidentaux la démocratie est considérée comme le modèle parfait. Elle repose sur l'égalité entre chaque être humain et sur une liberté qui n'a qu'une limite, celle imposée par l'homme et pour l'homme. Par notre éducation, nous percevons la démocratie comme une sorte d'excellence qui n'a été et ne sera jamais égalée. En quoi ce régime nous apporte-t-il une liberté qu'un régime autoritaire ou totalitaire nous interdit? Et ces libertés, et notamment celle de l'expression, sont-elles réelles aujourd'hui en France?

sois-jeune-et-tais-toi.jpg  sois-jeune-et-tais-toi-sarkozy.jpg

Une affiche de la fin des années 60 et une affiche actuelle. La liberté d'expression des jeunes est-elle plus facile aujourd'hui?

 

Contrairement à une monarchie absolue, le pouvoir appartient au peuple dans une démocratie. Le peuple, lui-même, élit celui (le président) et ceux (les députés, les maires) qui le représentent.

Il y a la liberté d'exprimer son opinion en votant pour un parti ou un représentant qui lui semble le plus capable de diriger en vue du bien commun.

De plus chacun de nous a le droit de s'opposer à une idée qui lui paraît fausse en argumentant son point de vue. Par exemple, les français ont pu manifester dans les rues leur opposition à la réforme de la retraite proposé par le président Sarkozy et son gouvernement sans être réprimandés.

Enfin, cette liberté d'expression peut remettre en cause des ordres déjà établis. Par exemple, l'ordre Religieux peut être remis en cause si cet argument d'autorité ne nous convainc pas. Il existe aussi des journaux (Canard Enchainé, Guignols de l'info) qui remettent en question et critiquent ouvertement tout ceux qui sont hiérarchiquement plus haut tel que le gouvernement.

Donc cette liberté d'expression qu'on nous promet et qu'on jure de nous offrir semble posséder comme seule limite celle tracée par la raison. Mais cette liberté est-elle absolument respectée aujourd'hui en France?

 

Dans les faits, cette liberté qu'on nous promet semble être en demi-teinte. Il est vrai que nous ne risquons pas l'emprisonnement pour la critique du gouvernement mais la police encadre toute manifestation et peut réprimander durement. La réprimande est encore plus grande quand il s'agit du Président Sarkozy qui vient visiter une ville et que les habitants souhaitent lui montrer leur mécontentement comme cela s'est passé au printemps 2010 à Pontarlier. Les lycéens ont été réprimandés par la police et leur droit de manifester bafoué puisque la police nationale ne les laissait pas accéder au centre de la ville pour manifester. Donc la liberté d'expression est déjà un peu bafouée.

De plus, la censure reste active même si elle ne s'opère pas de façon directe mais détournée. Ainsi, tous les sujets ne seront pas abordés sur chaque chaîne de télévision. L'exemple le plus frappant est la chaîne TF1 qui fait l'éloge du gouvernement actuel et qui ne dit pas tout, qui détourne l'attention des téléspectateurs en les inquiétant avec des sujets sur la sécurité au lieu de parler des difficultés économiques et de faire réfléchir les citoyens ensemble sur les moyens de trouver des solutions.

La censure peut rappeler l'époque du communisme Soviétique, ce qui va à l'encontre de la liberté prônée. Cet étouffement de la manifestation des lycéens du Printemps 2010 à Pontarlier peut faire penser à l'étouffement des actions anti-communistes dans les pays sous influence Soviétique.

Enfin, l'ordre hiérarchique établi, ne peut être critiqué dans tous les cas. Ainsi, nous ne pouvons pas tout dire à notre patron, risquant le licenciement.

Nous constatons une large différence entre la théorie qui revendique la liberté d'expression en démocratie et la pratique qui ne permet pas entièrement cette liberté d'expression.

 

Bien que nous ayons beaucoup plus de droits que dans un autre régime politique, nous sommes tout de même trompés en partie puisque notre liberté promise nous est concédée seulement en partie et tant qu'elle ne dérange pas trop ceux qui profitent de leur situation de pouvoir. Donc nous ne pouvons pas tout dire dans notre démocratie.

Comment faire, quelles institutions, quelle organisation, quelle éducation mettre en place pour que vive vraiment la liberté d'expression en démocratie?

Rédigé par Amir Rasidovic

Publié dans #Texte libre

Commenter cet article