Après l'indignation, l'imagination des lycéens!

Publié le 17 Février 2011

 

 

Nolwenn a écrit il y a quelques jours un texte sur l'indignation inspiré de sa lecture du livre Indignez-vous de Stéphane Hessel. Puis sa réflexion a fait son chemin, il y a eu des commentaires sur le blog et des discussions au lycée.

Discussions que nous poursuivrons demain encore puisque Bernard Bouveret passeur résistant de Chapelle des Bois qui connut la déportation en 1944 viendra nous parler en compagnie de Gisèle Tuaillon-Nass auteure de sa biographie : Le rendez-vous des sages.

L'indignation est un point de départ, un motif pour agir comme l'écrivait Nolwenn mais ce n'est pas une une fin en soi. Pour que cette indignation prenne forme et s'incarne, il faut encore mettre en oeuvre son imagination comme surent le faire les salariés solidaires de Lip dans les années 70.

lip-copie-1.jpg

Aussi, après avoir regardé quelques extraits du film portant sur ce thème : Les Lip ou l'imagination au pouvoir, les élèves de TS1 ont-ils écrit à propos de ce qui les indigne. Ils ont tenté également d'imaginer mais ce n'est qu'un début.

N'oubliez pas que vous pouvez aussi vous exprimer à travers les commentaires!

 

Voici quelques extraits de leurs textes (je n'ai pas pu tout mettre, j'ai fait quelques coupures, si j'ai oublié des idées importantes veuillez m'en excuser, dites-le moi, je me rattraperai) :

 

« Motif d'indignation : trop de valeurs FONDAMENTALES de la démocratie sont bafouées en France

Solutions: En faire prendre conscience à un maximum de personnes. Choquer l'opinion publique. S'organiser en groupe d'insurgés montrant l'exemple aux autres. Assumer haut et fort ce que l'on pense. Se sentir directement concerné, ne pas craindre de se faire taper dessus.

 

Le racisme m'indigne.

Il faudrait faire des rassemblements de personnes différentes et montrer que nous sommes tous égaux. On peut aussi faire une expérience : maquiller un homme blanc en noir. Dans cette nouvelle peau, il comprendra peut-être l'absurdité de son raisonnement. On peut rendre un homme noir blanc et lui faire faire la même expérience.

 

Je suis indignée par la peur d'un grand nombre de personnes d'être « envahies » par les musulmans. Je pense que si les médias arrêtaient de nous faire croire à ces idées d'envahissement, que si les reportages cherchant à nous manipuler en donnant des chiffres qui effraient les gens, alors peut-être que plus de personnes auraient l'esprit ouvert.

 

Ce qui m'indigne c'est la façon dont certains professeurs parlent aux élèves. La solution serait que ces professeurs aient un peu plus de respect envers les élèves.

 

Ce qui m'indigne c'est que tous les élèves d'une classe ne soient pas égaux, certains sont plus avantagés que d'autres et sont privilégiés. La solution serait que les professeurs ne fassent plus de différence, qu'ils mettent tout le monde au même niveau sans prendre en compte les caractéristiques de chacun.

 

Ce qui m'indigne, c'est qu'on réforme là où ce n'est pas nécessaire. On ne nous demande pas notre avis. La réforme nous tombe dessus, à nous de nous débrouiller. Il faut prendre en compte l'avis des élèves car ils représentent l'avenir. Les élèves sont trop passifs face aux profs notamment.

 

Ce que je comprends parfaitement c'est qu'un grand nombre d'élèves, de parents et de professeurs se plaignent du nombre d'élèves par classe. En effet nous sommes beaucoup moins efficaces lorsque nous sommes 35 que lorsque nous sommes 20. Nous voyons bien la différence lorsque nous sommes en groupe. Le fait de supprimer des emplois va encore aggraver les choses. Pourquoi priver les élèves d'une bonne scolarité? Je pense que certains sont trop égoïstes pour penser à l'avenir d'autrui. Ce problème nous touche tous, et il faut remédier à cela. J'aimerais tellement revenir dans le passé où même si les conditions n'étaient pas aussi aisées, l'argent n'était pas le centre de toutes les attentions.

 

Les jeunes n'apprennent pas ce que c'est que la solidarité, le bénévolat. Il faut montrer que c'est utile de donner tu temps, de l'argent, de la nourriture...Apprendre à aider les autres serait utile pour tout le monde. Dans les collèges et les lycées on apprend les maths, l'histoire pourquoi n'apprendrait-on pas à aider les autres? On pourrait aussi apprendre ce qu'est une association caritative, les jeunes ne connaissent que les associations sportives.

 

Pour moi, le lycée et l'éducation en général devraient inculquer les principes démocratiques égalitaires et justes de la République. Cependant je ne trouve pas qu'on retrouve ces principes en cours. Le professeur fait son cours seul face à la classe, debout alors que les élèves restent le plus souvent assis. Le professeur ne demande pas en général l'avis de l'élève et il rend celui-ci passif et soumis à l'autorité. Le fait de ne jamais laisser les élèves s'exprimer à l'oral, ou de les humilier dans les rares cas où ils sont invités à venir au tableau, leur fait perdre confiance.

Je pense qu'il faut faire participer les élèves, les faire travailler en petit groupe où il serait moins difficile de s'exprimer tout cela pour conserver notre démocratie car ce sont ces élèves qui dirigeront la France de demain.

 

Avec les nouvelles réformes, les suppressions des postes, la baisse des moyens notre éducation va se détériorer. Comme beaucoup de gens n'en n'ont pas conscience, je pense qu'il faut en parler et montrer les conséquences.

Plutôt que de manifester on peut imaginer mettre en place des cours à l'extérieur du lycée, par exemple dans la rue, en centre ville. Les gens se rendraient compte de ce que c'est qu'enseigner à une classe de 36 élèves, on pourrait leur demander d'enseigner dans ces conditions. Ils verraient qu'on ne peut pas s'occuper de ceux qui ont des difficultés. En plus le fait de mettre en place cette journée de cours en ville, ferait parler de nous et je pense que c'est la seule solution pour changer les choses. Il faut montrer qu'on a des problèmes et qu'on est déterminés à les résoudre.

 

Que tout le monde ait la même vie m'indigne. On est tous gouvernés par  normes de notre société et lorsqu'on essaie de sortir de notre conditionnement, on fait tout pour nous remettre dans le droit chemin. Il y a des rails et on n'a pas le droit d'en sortir. Par exemple pour les études quand on est en S. On nous pousse à faire des études scientifiques alors que certains ne voudraient pas. Mais pourquoi ne pas sortir de cette logique? Pourquoi ne pas laisser faire aux jeunes ce qu'ils désirent? Pourquoi les pousser vers ce qu'on dit être les meilleures, les hautes études? Pourquoi tout le monde doit-il être orienté dans cette même direction?

 

Rien n'est plus beau,

Rien n'est plus leste

que le silence d'une action

qui déchire le brouhaha

L'art au pouvoir!

Même la musique est brillante par ses silences.

Le révolutionnaire n'est pas leader, il est artiste. "

Publié dans #Evènement au lycée

Commenter cet article

Age 20/06/2012 05:40


A ma connaissance, l'experience décrite par celui qui s'indignait du racisme a été menée par 2 journalistes :

- aux USA, en 1959-1960, par J.H. Griffin ("dans la peau d'un noir")
- en allemagne par Gunter Wallraff, dans le documentaire "noir sur blanc" (2009)