organiser un débat philo sur une question

Publié le 15 Mars 2009

Le questionnement mutuel :


Préalable à préciser : le débat philosophique n’est pas un pugilat dans lequel chacun cherche à avoir raison, il ne s'agit pas non plus d'accumuler des opinions comme on peut le faire au café ou lors d'un dîner entre amis.  Le but du débat est de parvenir à formuler une pensée commune (au sens noble de ce terme) c’est-à-dire un cheminement par lequel le groupe est passé pour proposer une réponse à une question initiale. Si le débat ne n'a pas un peu bousculé chaque participant, ne l'a pas aidé à mieux y voir dans ses propres représentations, n'a pas remis en question ce qu'il pensait avant de commencer ce n'est pas bon signe...

 

1°Un élève propose une question ou la classe s’accorde pour débattre sur une question

 

2° L’animateur (qui peut être le professeur ou encore un élève qui se porte volontaire) demande que chacun formule pour lui-même une hypothèse répondant à cette question.

 

3° Une hypothèse est proposée par une personne, cette hypothèse est examinée

par le groupe :

La formulation de l’hypothèse est-elle claire ?

Répond-elle au sujet ?

Chacune de ces questions est débattue par l’assemblée. Si une personne pense que l’hypothèse n’est pas claire, est-elle la seule à le penser ? Elle formule ce qu’elle ne comprend pas, demande à l’auteur de l’hypothèse de synthétiser sa pensée.

Après discussion et accord du groupe l’hypothèse peut-être acceptée comme proposition de réponse à la question.

 

4° Il s’agit maintenant d’approfondir cette hypothèse en posant des questions à son auteur.

L’animateur demande de poser une question aidant l’auteur de l’hypothèse à approfondir son idée. Mais ce dernier n’est pas obligé d’accepter la question s’il ne s’agit pas d’une vraie question.

Fausses questions :

-Peut-on deviner ce que pense le questionneur ? Dans ce cas il s’agit d’une affirmation déguisée.

-Question hors sujet

- Question à laquelle l’hypothèse répond déjà

- Question définition, trop facile et passe partout. ex : qu’est-ce que l’homme ? Qu’est-ce que ceci ou cela ?

 

 

5°Si la question est acceptée par l’auteur de l’hypothèse il y répond

 

 

6°demander au questionneur si la réponse lui convient. Non pas si elle lui plaît ou s’il est en accord avec cette réponse mais si sa question a effectivement trouvé une réponse (avec laquelle il peut ne pas être d’accord).

7°Quand l'hypothèse a été clarifiée et acceptée comme réponse possible à la question on peut passer à une autre hypothèse qui peut être une objection à la première hypothèse proposée. Il faut alors s'assurer qu'il s'agit bien d'une objection.

 

 Un secrétaire peut prendre des notes, le débat peut aussi être enregistré ou filmé, l’idée étant de pourvoir faire retour lors  d’une séance suivante sur ce qui a été dit.

Régulièrement l’animateur opère une synthèse récapitulant les idées principales, jusqu’à ce qu’on parvienne à une conclusion qui pourra lors d’un débat suivant être reprise. Mais ce qui importe n’est pas tant le résultat que le cheminement commun…

 

Commenter cet article