Le bonheur

Publié le 18 Décembre 2008


En atelier philo Jérémy, Donia, Léa, Cécilia et Hippolyte ont réfléchi à la question :


 Faut-il chercher le bonheur ?


 -          D'un côté, le bonheur est une quête : chacun de nous cherche à être heureux (Jérémy)

-          Mais tant que nous le cherchons c'est que nous ne l'avons pas ou que nous ne l'avons plus, donc que nous ne sommes pas heureux. (Cécilia)

-         C'est peut-être le fait de chercher, c'est-à-dire le mouvement qui nous rend heureux. Autrement dit ce serait la quête du bonheur et pas le bonheur lui-même qui rendrait heureux (Léa)

-         Oui d'ailleurs quand on est dans le bonheur on ne peut qu'en redescendre (Donia).


Qu'est-ce que ce bonheur qu'il vaut mieux chercher que trouver ? N'est-ce pas contradictoire quand on atteint le bonheur, objet de notre quête, on cesse d'être heureux ? (Laurence B)

-         Le bonheur n'est pas une courbe selon laquelle on redescendrait toujours au même point ou plus bas, je conçois, plutôt le bonheur comme une montée continue avec des paliers, comme un escalier qu'on grimpe (Léa)

-         Ce qui est encore plus fort que tout c'est de rencontrer le bonheur sans l'avoir cherché (Donia)

-         Chercher le bonheur, c'est ce qui nous rend malheureux car insatisfaits. Donc il faut laisser aller et il viendra. Le bonheur ne peut pas être une quête parce qu'on ne peut être heureux si on attend toujours de l'être (Jérémy).


Qu'est-ce que ça veut dire laisser aller ? (Laurence B)

-         Eh, bien ne pas se prendre la tête, regarder le télé, rester tranquillement. (Jérémy)

-         C'est prendre le temps de se poser des questions, sur soi, sur les autres, de faire le tri, de tout oublier, de retrouver l'essentiel. Je cherche à continuer à rêver pour retrouver l'enfance qui est un temps de bonheur (Léa).

-            Il y a sur cette question du bonheur de la rêverie dans l'enfance de belles pages dans La poétique de la rêverie de Bachelard. (Laurence B)

-         Quand on grandit on perd cet instinct du bonheur qui existe dans l'enfance. On devient responsable, on perd cette insouciance (Cécilia)

-         Alors, dans le bonheur, s'il y a quête, ce n'est pas la quête d'un futur mais d'un passé retrouvé ! (Léa)

Sur cette question du bonheur voir aussi texte d'Emilie


Publié dans #Texte libre

Commenter cet article