Sommes-nous vraiment libres?

Publié le 26 Novembre 2008

Sommes-nous vraiment libres?

Question proposée et débattue par les élèves de bac pro comptabilité et secrétariat


Cette question a été débattue une première fois le 19/11/08.

Le 26/11/08 les élèves sont revenus sur ce qu'ils avaient dit en apportant quelques précisions sur la liberté et la loi. Ces précisions apparaissent en bleu dans le résumé de la discussion ci-dessous.

 

Les lois

Une élève a dit que nous ne sommes pas vraiment libres puisqu'il y a des lois qui nous empêchent de faire tout ce que bon nous semble.


Ainsi nous serions libres tant que ce que nous voulons faire n'est pas interdit par la loi.


La discussion a été reprise sur la question de savoir si la loi m'empêche d'être libre.

Au premièr abord la réponse spontanée et apparemment évidente a été que la loi entrave ma liberté.

Les élèves se sont alors demandés :  serions-nous libres sans les lois?

Rapidement est apparue l'idée que sans loi ce serait l'anarchie au sens négatif de ce terme, chacun faisant ce qu'il veut, il risquerait d'empiéter sur la liberté de son voisin. "Ce serait la loi du plus fort" a dit Ibrahim.

Margot a alors remarqué que s'il n'y avait pas de loi nous n'aurions aucune liberté, chacun pouvant être à tout moment menacé par son voisin. Sans loi, nous serions toujours dans la crainte de ce qui pourrait nous arriver et nous ne pourrions donc pas vivre librement.

Toute la classe s'est mise d'accord sur l'idée que l'absence de loi entraîne l'absence de liberté.

Les élèves se sont alors demandé si la loi permet la liberté.

Tous ont répondu qu'en effet la loi permet la liberté ce qui contredisait l'idée de départ.

Mais une liberté partielle a précisé Tony. Nous sommes libres quand il y a des lois mais nous n'avons pas la liberté de faire n'importe quoi, notre liberté ne doit pas entraver celle des autres.

La réflexion est allée encore plus loin lorsqu'Anaïs a remarqué que les lois nous permettent d'être libres à partir du moment où elles sont les mêmes pour tous.

Toute la classe a alors reconnu qu'il y a un lien entre les notions de liberté et d'égalité. Mais ce lien est apparu difficile a établir clairement. Les élèves ont alors manifesté une certaine fatigue et ont demandé de passer à un autre sujet sur le thème de l'amour...

L'obligation

Une autre personne a dit que nous ne sommes pas vraiment libre car nous sommes obligés de travailler. Une autre a remarqué que ce n'est pas le travail en lui-même que nous cherchons mais l'argent qu'il nous permet de gagner. Sans argent nous ne pouvons pas vivre et puisque le travail nous permet d'avoir de l'argent nous sommes donc obligés de travailler.

Voici un texte un peu rebelle qui a été écrit sur cette question mais l'auteur a préféré rester anonyme :

" Nous ne sommes pas libres car nous travaillons pour gagner de l'argent mais il ne nous revient pas. Il va dans les factures. On ne peut pas se faire plaisir avec l'argent qu'on nous donne. Il y a trop de lois qui augmentent. On a juste le droit de s'exprimer, mais on a beau s'exprimer les gens ne se préoccupent pas de ce qu'on pense."


Le choix

Puis une autre élève a défini la liberté comme un choix. Je suis libre parce que je peux choisir ce que je fais et la loi ne m'empêche pas d'être libre car je peux choisir de lui obéir ou non, avec les conséquences que cela implique.

On peut approfondir cette idée avec la pensée de Sartre, philosophe de la liberté (cliquer sur ce lien pour lire le texte). Si exister consiste à choisir ce que l'on fait et donc le sens qu'on donne à sa vie alors on ne peut pas se plaindre car on ne peut s'en prendre qu'à soi-même. Par contre on peut regretter nos choix ce qui n'est pas la même chose.


Pourtant ce choix est-ce vraiment en toute liberté que nous le prenons?


L'influence

Il est possible que nous ayons l'impression de choisir, l'impression d'être libre alors qu'en réalité nous sommes influencés.

"on n'est pas toujours libre car on dépend des pubs et des copains. Si tous nos copains ont ça, on le voudra certainement pour ne pas être différent des autres." Samanthia


Donc il faut se poser la question lorsque nous faisons un choix : sommes-nous bien l'auteur de ce choix? Est-ce bien moi qui choisis quand je choisis et pas mes parents ou la société de consommation qui choisissent à travers moi?

Le choix personnel est-il lié à mon envie? Il semble qu'une envie vienne du plus profond de moi-même. Lorsque j'ai envie, je ressens une forte attirance pour quelque chose, il me semble que cela est très profond et donc très personnel. Pourtant mon envie a pu être fabriquée par la société:

"on a souvent envie de choses que l'on a vu sur quelqu'un d'autre, mais si on était dans une autre société que la nôtre, aurions-nous ces mêmes envies?" Margot.


 

 

 

Publié dans #Débat en classe

Commenter cet article

esteban 14/06/2017 22:40

A j'ai oublier quelque chose, par le biais de psychologue il faut détruire les blessures de chacun pour supprimer la haine et l’égoïsme.

esteban 14/06/2017 22:38

Non, s'il n'y a pas de règle ce n'est a mes yeux pas un problème, il faut que par sa propre intelligence chaque individu agissent pour le bienêtre d'autrui donc cela passe par une éducation différente de celle que l'on possède actuellement. Il faut remettre en question notre société et apprendre a chacun a se remettre en question, a ce questionner sur le monde et a découvrir, il faut que des la tendre enfance ont offre la possibilité au jeune de reve et ne pas brisser leur reve en leur disant que ce n'est pas possible. Il faut aussi donner les clefs pour évoluer, réalisé leur reve et comprendre se monde mais aussi développer leur intelligence sous toutes ses formes aujourd'hui la façon d'apprendre est mauvaise et l'ouverture d'esprit n'est pas suffisante. Les lois ne sont pas importante tant que chaque individu ce fixe lui même une limite similaire au autre, chacun dois inspiré la positivité et il faut aussi apprendre a apprendre. Le développement personnel est important et l'on dois aussi apprendre au enfant de chercher sur internet et leur faire prendre conscience que s'il sont ici ce n'est pas pour rien et qu'il ont un rôle a joué celui de découvrir et réalisé leur rêve. Bon je vais m’arrêter la car il y a tellement de chose a changer ici, l'éducation actuelle est dépasser et n'a pas changer depuis plus de30ans.

Anonyme 14/10/2016 15:20

Les lois entravent nos libertés. Je suis bien placé pour en parler. Par ailleurs, il n'y a pas de lois qui soient universelles. Elle varient en fonction des états dont le but est le contrôle des populations, notamment en leur faisant croire qu'elles sont libres, et des époques. Les lois régissant l'Apartheid, la ségrégation raciale aux Etats-Unis, ou celles qu'avait imposé l'Etat nazi en sont des exemples. Quant à la notion d'égalité, c'est une farce. Nous ne sommes pas tous égaux, face à la vie, et il est indéniable que nous ne le sommes pas non plus au regard de la loi.

Jéromine 27/11/2008 20:15

Les lois ne paraissent donc pas entraver notre liberté, mais il me semble que la société limite la liberté de chacun. Chaque inddividu doit en effet faire face à une certaine pression sociale. Le regard des autres, les valeurs imposées par la société nous "forcent" à respecter certaines choses, ou tout du moins à se comporter d'une certaine façon...

Cath. C. 27/11/2008 09:33

Les élèves de Bac Pro Secrétariat-Comptabilité n'ont PAS été LIBRES de choisir d'assister ou non à ces cours de philosophie.
S'ils avaient eu le CHOIX, est-ce qu'ils auraient TOUS fait le choix d'y assister ?
Le fait de ne pas avoir eu ce choix de départ leur a-t-il été, AU FINAL : plutôt négatif ? plutôt positif ?

Laurence Bouchet 27/11/2008 14:20



Eh bien, je ne peux répondre à leur place, je ne manquerai pas de leur poser la question la prochaine et dernière fois que je les verrai !