commentaire de Hume : la société

Publié le 10 Novembre 2008

TES1 Quelques extraits de bons commentaires du texte de Hume,

à compléter et commenter...

 

  Introduction

Dans cet extrait David Hume réfléchit sur l’importance de la société. En effet, l’homme semble défavorisé par rapport au reste du règne animal ; la nature lui ayant infligé un grand nombre de besoins et nécessités auxquels il peut difficilement répondre seul. On peut alors se demander comment l’individu peut réussir à surmonter ses faiblesses. La réponse semble évidente pour Hume, c’est par la société que l’homme peut combler ses manques. Pour exposer son idée, Hume va d’abord définir l’origine des besoins humains puis expliciter les bienfaits de la collectivité tout en montrant la dépendance des individus les uns envers les autres et finir en déterminant les conséquences de la vie société.
Cependant si l’argumentation semble convaincante, la responsabilité assignée à la nature et l’importance accordée aux déficiences humaines peuvent être controversées.

 

Critique : les besoins surajoutés

La société et donc la civilisation sont indispensables pour le bien-être général puisqu’elles compensent la plus grande partie des besoins de l’homme. Cependant la société et la culture impliquent différentes contraintes. Elles imposent des objets qui ne servent à rien. On peut donc penser ici à la rencontre de Diogène avec l’enfant qui boit l’eau de la fontaine avec ses mains.
Dans cet esprit, la société crée tout un ensemble de besoins surajoutés et la culture avec le développement de la technologie peut sembler aliénante pour les individus.
L’idée de vouloir toujours plus, peut être prise comme le signe d’une vanité humaine qui pousserait l’homme dans une sorte de course infinie, après la satisfaction hypothétiques de désirs dont les objets eux-mêmes ne sont pas définis. Il recherche sans cesse le progrès alors qu’il peut être destructeur.

Morgane

 

Introduction

Dans ce texte de Hume, il est avant tout question de montrer la condition humaine dans la société, en effet le problème crucial qui est ici soulevé est de savoir si l’homme peut vivre sans ou en dehors de la société. Bien entendu il s’agit ici de répondre à cette interrogation de manière très positive, car l’homme est en quelque sorte dépendant de l’autre, l’union de chacun fait la force de tous. La société en ce sens apparaît comme indispensable.

Ainsi en quoi notre nature nous soumet-elle à la vie en société ?

Comment celle-ci s’applique aux individus ? En quoi sommes-nous donc dépendants ? Et quels sont au final ses enjeux et ses vertus pour chacun de nous ?

Laura


Critique : la société corruptrice

Néanmoins nous pouvons émettre une réserve sur le fait que le philosophe vante constamment les mérites de la société en refusant de voir les potentiels inconvénients de sa théorie. Le fait que la société peut engendrer des conflits en est un bon exemple. En effet, dès lors que l’homme se confronte aux autres (pour travailler par exemple), il n’est pas impossible qu’un désaccord survienne entre eux. Dans les cas les plus extrêmes se retrouver en société peut engendrer des guerres. Rousseau n’avait donc pas tort lorsqu’il parlait d’une société corruptrice : l’homme seul dans la nature est « bon » mais à partir du moment où il se retrouve seul face à la société et ses progrès, il peut devenir mauvais. Par ailleurs, une certaine ironie du sort a fait qu’une fois l’homme sorti de son isolement pour entrer en société, il est redevenu au fil du temps assez individualiste avec l’évolution de cette même société. Ce retour en arrière laisserait-il apparaître une défaillance de la société ?

Eva

 

 

 

Publié dans #Texte libre

Commenter cet article