A-t-on le droit de se plaindre quand on a tout pour être heureux?

Publié le 6 Novembre 2008

 

 

 

 

A-t-on le droit de se plaindre lorsque l’on a tout pour être heureux ?

 

 

Oui, mais tu es beau, intelligent, en bonne santé, tu ne vis pas dans la misère… alors de quoi te plains-tu ? Combien de fois a-t-on déjà entendu cette phrase, et combien de fois l’a-t-on pensé ? Cela ne se compte plus, et pourtant, on se retrouve bien souvent face à ce problème qui entraîne avec lui bien d’autres questions. Car tout d’abord, pourquoi nous plaignons-nous ?

L’une des raisons évidente est que lorsque l’on se plaint, c’est que quelque chose ne va pas. L’homme est un éternel insatisfait, d’ailleurs, il en veut toujours plus. La publicité va dans ce sens, en incitant l’homme  à consommer et désirer toujours plus.

Par ailleurs, si l’homme se plaint, c’est aussi peut-être pour que les autres prennent soin de lui, qu’ils le remarquent, qu’ils fassent attention à lui afin que celui-ci se sente important à leurs yeux. L’homme peut donc trouver de nombreuses raisons de se plaindre, bien sûr qu’il en a le droit, mais cela est-il justifié pour autant ?

La question est peut-être plutôt là, car se plaindre d’une mauvaise note ou d’une amourette partie en lambeaux lorsque l’on a en face de soi quelqu’un dont la vie a été brisée par la maladie, la mort d’un membre de sa famille peut apparaître comme un manque de respect vis-à-vis de l’autre, et aussi comme un comportement stupide, voire puéril. Par ailleurs, on a toujours tendance à dramatiser nos problèmes, comme une mauvaise note. Cependant, il vaudrait mieux essayer de les résoudre plutôt que de s’apitoyer sur son sort, même s’il est au fond plus facile de se plaindre.

Mais pour arrêter de se plaindre pour un rien, peut-être faut-il avoir connu la souffrance, la vraie, qui fait qu’après bien des problèmes nous paraissent futiles, sans importance, jusqu’à trouver ce comportement déplacé chez les autres, chez ces personnes qui ont tout sans s’en rendre compte car le bonheur, c’est d’abord en soi qu’il faut le chercher.

Le droit de se plaindre, oui, nous l’avons. Mais ce n’est pas pour autant qu’il est justifié et qu’il faut en abuser, comme le pensaient les Stoïciens, qui avaient pour idée qu’il faut accepter tout ce qui nous arrive sans nous plaindre.

Emilie, Célia, Ludivine TES1

Dernière modification 21-10-2008 08:55

Publié dans #Texte libre

Commenter cet article

Peytavi 29/11/2011 02:44


"en soi", et plus concrètement?