La société de consommation nuit-elle à l'homme?

Publié le 6 Novembre 2008


 



 

L’Homme évolue dans une société basée essentiellement sur la consommation de masse. L’Homme est un éternel insatisfait. Il lui faut toujours plus que ce qu’il a déjà. La société lui donne alors accès à des plaisirs et des nouveautés qui lui sont source de confort et de bien-être. En ce sens, la société de consommation ne nuit pas à l’être humain puisqu’elle lui permet d’atteindre un certain bonheur, car ce qu’il obtient de la société est un plaisir dont il jouit. Mais en réalité, ce bonheur est relatif puisqu’il est éphémère et entraîne un style de vie bien défini qu’il faut adopter : la mode. Le consommateur se laisse aller à penser que plus il consommera ce que la société lui présente comme révolutionnaire, merveilleux et parfait, plus il sera heureux dans sa vie de tous les jours.

L’Homme est en quelque sorte la « marionnette » de ce mécanisme qui le contrôle dans son quotidien, qui lui montre et lui impose une façon de vivre. Par conséquent, on peut l’imaginer comme « sous perfusion » de la société de consommation. Il en est dépendant et c’est cela qui nuit à son existence. En effet, enlevez-lui ce modèle de vie qu’on lui sert et le consommateur ne sait plus quelle attitude adopter. Il est inconsciemment guidé dans ses choix et cet aspect de passivité lui plaît étant donné qu’il est de nature paresseuse.

La société met ses clients dans des « moulages de conformisme » pour en faire ce qui lui plait. En quelque sorte, l’Homme se voit ôter sa personnalité et c’est là tout le coté pervers et nuisible de ce phénomène. De plus, si un individu essaie de s’y soustraire pour tenter d’explorer sa propre conception du bonheur, son propre idéal de vie, il est immédiatement montré du doigt et classé dans la catégorie des marginaux. Par conséquent, en voulant être libre de faire des choix personnels, l’individu en question est rejeté par la société, victime du regard de ces personnes complètement déterminées par une élite inconnue et supérieure de la société de consommation qui leur soumet ses décisions.

Ainsi, pour s’en libérer au maximum, l’Homme doit apprendre à ignorer le regard des autres, à assumer ce qu’il est et à s’affirmer à travers ses choix, selon ses goûts et ses convictions.


Chloé, Elise, Margot, TES1

Publié dans #Texte libre

Commenter cet article